Rechercher
  • Nicolas Heux

Un petit pas vers une pratique orientée solution

Introduction

L’approche orientée solution (ou « solution focus practice » en anglais) a été initialement développée à la fin des années 70 par Insoo Kim Berg, Steve de Shazer et leur équipe du « Brief Family Therapy Center » de Milwaukee (États-Unis).

La grande différence et l’originalité de cette méthode est qu’elle ne se situe pas dans le champ majoritaire des approches de type résolution de problème.

En effet, la plupart des formes d’accompagnements partent du problème pour construire des objectifs et trouver des solutions.

Le fait de se présenter comme un praticien orienté solution ne veut donc pas dire que les autres professionnels ne recherchent pas des pistes d’amélioration pour leurs clients/patients, mais bien que le chemin ou la méthode pour y arriver diffère.

En tant qu'approche interactive, l’approche orientée solution a été appliquée avec succès à de nombreux autres domaines en dehors de la thérapie, tels que le coaching, le travail social, la supervision, le conseil, la gestion, le leadership, la formation, etc., et est de plus en plus reconnue sur la scène internationale.

Nous décririons ici les grandes lignes qui déterminent une pratique orientée solution et qui la différencient d’une approche de type résolution de problème.

Construire des solutions à partir des solutions, la différence qui fait la différence.

« Les praticiens rodés à la construction de solution ont appris comment écouter le client avec l’oreille du constructeur de solutions. Ils sont capables d’entendre l’histoire du client sans filtrer à travers leurs propres cadres de référence. » (Peter De Jong, Insoo Kim Berg ; 1999, p28).


Les espoirs de la personne

Dans une pratique orientée solution, le praticien travaille avec les personnes sur leurs espoirs ou, pour le dire autrement, sur un futur espéré. Dès le début de séance, les personnes ne se focalisent donc pas sur leurs problèmes, mais bien sur un futur où celui-ci ne sera pas présent, ou alors pas dérangeant.

Le rôle du praticien est de les accompagner sur ce chemin en conversant avec elles et de rester ainsi dans le champ de leurs compétences et de leurs ressources. Une séance orientée solution s’organise donc toujours autour de la demande de la personne et de ses plus grands espoirs. Le praticien et la personne entrent dans un espace conversationnel ou les questions du professionnel sont déterminées par les réponses de la personne.

Un des outils utilisés par les praticiens orientés solution pour avoir une idée de ce futur espéré est la question du miracle, elle aide également à amplifier ce que veut la personne.

« Ce n’est que quand les gens commencent à créer des scénarios possibles qu’ils peuvent choisir des directions plus satisfaisantes pour eux, et…ils oublient (leurs) problèmes ou ceux-ci perdent beaucoup de leur influence » (Saleebey, 1994, P.357).


Les ressources actionnables

Le plus souvent quand une personne parle de ses espoirs ou d’un futur espéré, elle se rend compte assez rapidement qu’elle a déjà commencé à mettre en place des actions ou des comportements qui vont dans ce sens.

Toutes ces ressources actionnables sont repérées par le praticien qui invite la personne à les décrire en détail pour imaginer faire un petit pas de plus vers la réalisation de leurs objectifs. Les questions à échelles sont très utiles pour cela et permettent à la personne d’imaginer des actions qu’elle pourrait mettre en place assez rapidement, le plus souvent entre deux séances.


Les moments d’exception

Un des postulats de base de l’approche orientée solution est qu’un problème n’est jamais permanent. S’il n’est pas permanent, cela veut donc dire qu’il y a des moments où celui-ci ne se manifeste pas.

On appelle ces instants les moments d’exception. Le but du praticien orienté solution est donc de développer des questionnements susceptibles de mettre en lumière ces moments. En décrivant des situations passées ou le problème n’était pas présent, on se rend compte que la personne se focalise sur ce qui fonctionne et peut s’appuyer sur ces expériences positives pour les appliquer dans sa situation actuelle.


La coopération

L’approche orientée solution pose le postulat de la coopération dans la relation thérapeutique. Un praticien orienté solution part du principe que la personne fait de son mieux pour avancer dans sa vie et que, d’une manière ou d’une autre, elle coopère avec le praticien.

A l’opposé, la notion de résistance au changement est particulièrement répandue dans le champ du travail d’accompagnement traditionnel (thérapie, médecine, soins infirmiers, psychologie, travail social, orientation professionnelle…). Ce type d’idées tire son origine d’un modèle médical d’aides aux personnes influencé par Freud.

Dans une pratique orientée solution, nous considérons la personne comme experte de sa vie, elle seule peut savoir ce qui est bon pour elle. En fonction de son contexte, de son état psychique du moment et de son histoire personnelle, elle propose des modes de coopération qui varient.

Le praticien s’intéresse donc plus au type de relation dans laquelle il est inscrit avec la personne (plaignant, visiteur, acheteur) que du type de personnalité de la personne.


En conclusion

La plupart des praticiens expérimentés s’accordent sur la spécificité de cette approche en la décrivant comme simple dans les outils et sa méthodologie mais pas facile à intégrer. Elle est relativement nouvelle, même si elle s’inscrit dans le champ de la thérapie brève, des théories de la communication et de la cybernétique.

Beaucoup de professionnels en France commencent à s’y intéresser, des écoles de coaching et de management y font directement référence. L’espoir de voir cette approche se développer dans le champ du travail social, de la thérapie et de l’éducation est grand pour les personnes ayant compris ses caractéristiques et son coté humaniste.

152 vues
 

Formulaire d'abonnement

0601636397

57 rue Cely 84400 Apt

  • LinkedIn
  • Facebook

©2018 by NH Coaching. Proudly created with Wix.com