• Nicolas Heux

Psy, coach ou thérapeute ?





Et si les possibilités de soins en vue du changement et du mieux-être psychique ne se limitaient pas à consulter un psychologue ?


Angoisse, stress, dépression, manque de motivation, procrastination, dépendance, insomnie, deuil, traumatisme, handicap, décrochage scolaire, manque de confiance, introversion… La liste des problèmes que nous rencontrons qui pourraient justifier un accompagnement thérapeutique est longue. Et elle s’allonge au fur et à mesure que nos contextes de vie se dégradent (COVID, conflits mondiaux, crise climatique…).


Devant ces difficultés, chacun recherche le professionnel susceptible de l’aider. Il y a encore quelques années, on s’en remettait presque exclusivement aux psychologues. Mais avec les délais d’attente et le coût liés au travail d’analyse et d’introspection, certains ont commencé à se tourner vers du coaching ou des thérapies alternatives.


 

Mais que recherchez-vous vraiment ?


C’est une question que chacun devrait se poser avant d’envisager un accompagnement. J’y vois au moins 3 réponses possibles, qui ne sont pas exhaustives.




Je souhaite…


… comprendre l’origine de mes problèmes et faire une démarche d’introspection.




Même si une telle démarche ne mène pas à la résolution ou à la disparition du problème, c’est la raison la plus souvent évoquée pour justifier un accompagnement psychologique, notamment en France, où la psychanalyse est très implantée.


Dans l’inconscient collectif, le lien entre guérison et introspection est fort : je dois avant tout me comprendre et me situer dans mon histoire familiale pour espérer m’en détacher et, peut-être, aller mieux.


Le travail d’analyse est réservé aux psychanalystes, mais de nombreux psychologues utilisent les mêmes ressorts pour accompagner les personnes.


C’est donc souvent un accompagnement sur le long cours (plusieurs mois, voire plusieurs années) qui débouche sans doute sur une meilleure compréhension de soi, mais pas forcément sur la disparition des symptômes.


La plupart du temps, les psychologues se présentent avec l’étiquette de psychologue clinicien. C’est lui ou le psychanalyste que vous devez consulter si ce travail d’introspection est celui que vous attendez.





… faire un travail sur moi et comprendre mes problèmes pour m’en détacher.



C’est ce dans quoi vous accompagnent les psychologues offrant de la psychothérapie ou du suivi psychologique. Ayant étudié la science des comportements humains dans leur cursus universitaire, ils peuvent adopter une posture d’expert. Ils vous aident ainsi à mieux comprendre vos difficultés.


Ils interviennent aussi dans les situations d’urgence ou sur injonction d’une autorité (tuteur, juge, famille…). Ils sont habilités à poser un diagnostic et à faire des évaluations psychologiques.


Le plus souvent, c’est un travail de suivi qui vous est proposé. Chaque séance permet d’avancer dans la compréhension des phénomènes mentaux et des comportements à corriger.


Il existe plusieurs courants théoriques. Celui adopté par le professionnel détermine la manière dont il va s’y prendre pour vous accompagner dans cet espace de compréhension. Voici quelques grands courants :


- le béhaviorisme, l’étude du comportement

- le cognitivisme, l’étude du cerveau

- la systémie, l’étude des systèmes

- la psychologie positive, l’étude du fonctionnement optimal.





… opérer des changements rapides et durables dans ma vie, sans croire forcément à la disparition totale de mes problèmes.



C’est la réponse qui semble la plus évidente. Pourtant, elle est peu courante. Pour cela, vous devez passer d’une logique de guérison et de compréhension à une logique d’adaptation et de résolution. Le but n’est plus de guérir d’une hypothétique maladie ou d’un trouble apparent. Il s’agit plutôt d’apprendre à vivre avec vos difficultés et à trouver des stratégies adaptatives pour y faire face.



La plupart des psychothérapeutes, en fonction de leur formation initiale et de leurs aspirations théoriques, peuvent vous aider dans cette voie. Mais il existe de nombreux autres professionnels qui peuvent répondre à ce besoin.


Je pense ici aux coachs formés à différentes approches (approche orientée solution, hypnose, PNL, gestalt, EMDR…), aux thérapeutes dans toute leur diversité (thérapeutes en relation d’aide, thérapeutes familiaux, art-thérapeute, équithérapeute…).



Bien sûr, toutes les approches et tous les professionnels dans le champ de la thérapie et du coaching ne se valent pas. Comment choisir en ayant confiance que votre démarche aura des effets bénéfiques ? Selon moi, il y a plusieurs critères pour choisir le professionnel et éviter des situations qui pourraient vous nuire plus que vous faire du bien.


- Ce professionnel m’est-il recommandé et par qui ?

- A-t-il un site Web, une présentation, une offre de prestation claire ?

- Fait-il partie d’un organisme, d’une clinique, d’un collectif ?

- Se revendique-t-il d’une approche spécifique (approche orientée solution, hypnose, psychologie positive, neurologie…) ?

- Quels sont ses expériences, son parcours professionnel, ses diplômes ?



Pour finir, plutôt que d’opposer les psychologues, les thérapeutes et les coachs, pourquoi ne pas se réjouir de l’élargissement de l’offre d’accompagnement ? Voyons-y l’occasion de diminuer les longues listes d’attente liées à nos temps difficiles.


D’ailleurs, certaines cliniques de psychologie commencent à travailler avec des thérapeutes en relation d’aide et des coachs professionnels. Cela donne un gage de sérieux aux prestations de ces derniers.


J’en profite pour vous annoncer ma collaboration avec la Clinique de Psychologie Positive de Montréal.

59 vues0 commentaire